top of page

Le Grand Livre traite en profondeur de la quatrième noble vérité, le chemin qui mène à la libération de la souffrance. Ce n'est pas un chemin qui paraît difficile, encore moins impossible, même si, comme nous le verrons, il est facile de se perdre et de devenir irrémédiablement lié à une conditionnalité insupportable.

Nous commençons avec la croyance correcte. Il est évident que si nous partons de faux axiomes, tout ce qui viendra plus tard sera faux et là, dès le début, nous serons perdus. Les croyances erronées sont si nombreuses et si variées qu'on peut dire qu'elles sont toutes, sauf la bonne, qui n'en est qu'une. C'est une croyance erronée que tous les chemins mènent à la libération. La bonne est que tous les chemins sauf un se lient au samsara et en son sein, même à l'enfer.

La croyance juste est une compréhension conceptuelle juste, basée sur l'écoute des enseignements et la réflexion logique sur leur sens qui conduit à la bonne disposition, à la mise en place des conditions pour réaliser l'effort, qui est le deuxième facteur. Il est peu utile d'avoir la bonne croyance s'il n'y a pas de disposition. Le manque de disposition ou la disposition incorrecte est une autre façon de se perdre.

Une croyance juste soumise à une pensée juste conduit à un discours juste, à une action juste et à une conduite juste. Le discours juste n'est essentiellement pas mentir. Mentir, c'est donner un coup de pied dans une situation inconfortable, que vous vous retrouverez toujours corrigée et augmentée le plus tôt possible, il est donc imprudent de mentir.

La bonne action est d'éviter le mal, car chaque mauvaise action entraîne une mauvaise conséquence. Mais une bonne action ne fait pas le bien, notamment parce que les bonnes actions ont souvent des résultats encore pires que les mauvaises actions. L'action juste évalue soigneusement le résultat des actions afin que les résultats ne soient pas nuisibles.

La Parole du Bouddha 9 Samyutta Nikaya (IV)

SKU: FRA09
€1.95Price
  • La Parole du Bouddha

bottom of page